Les Danoises, version neige

Quand jétais partie vivre à Boston, ce qui m’avait frappée par dessus tout, c’est que les bostoniens réagissaient avec un calme religieux aux tempêtes de neige. Ca, et la taille des mini-jupes des américaines, qui ne rallongeait pas pour un sou, malgré les températures lunaires.

En France, à plus de trois flocons, les bus s’arrêtent, les trains sont en retard, l’alimentation électrique défaille et les sans-abris meurent.

Heureusement, pour nous distraire en attendant que le train veuille bien démarrer, on peut admirer celles qui me rappellent avec émotion mes voyages au bout du monde: les DANOISES.

Vous savez, celles qui, au Cambodge, ont un bermuda multi-poches, une gourde intégrée à leur anti-moustique intégré à leur guide du routard intégré à leur sac à dos. Bien au chaud dans leurs sandalettes insubmersibles, elles te disent toujours que leur voyage était génial parce qu’elles sont rentrées en contact avec les autochtones. Alors que toi tu as la gueule de bois parce que tu as dansé toute la nuit dans une boîte pour expats, et tu n’as réussi à trouver que des ballerines en toile pour faire une randonnée dans la jungle.

Bon, et bien, ces danoises-là, elles existent en version neige !

Les sandales laissent place aux moonboots, les bermudas aux collants Damart (enfin, sa version danoise), la gourde devient thermos de thé antioxydant, et les pages du guide sont tournées au moyen de mitaines équipées d’une enveloppe amovible qui permettent à l’utilisateur de passer en mode « mouffle » quand le point orientation est terminé.

Un élément reste fidèle, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, ou qu’il fasse 45 degrés, c’est le sac à dos multi-poches.

Et nous savons tous, vous, moi, français, citoyens du monde, que dans une des poches, il y a une couverture de survie en aluminium doré. On le sait.