macbookair

Ces choses qu’on déteste jusqu’au jour où on les a

Il y a des choses dans la vie (oui, je vais vous donner une petite leçon de vie, parce que je suis quelqu’un de très sage) qu’on ne supporte pas, jusqu’au jour où on réalise qu’on ne les supportait pas, parce qu’on ne les avait pas. Tout simplement.

(non ce billet ne portera pas sur les hommes. Ce sont des êtres humains, pas des objets, bordel)(par ailleurs, je suis en diète).

Par exemple, les machines à café Nespresso : coup marketing anti-écolo certes, MAIS  j’ai besoin de caféine pour survivre (je vais bientôt aller déposer les capsules dans un relais-recyclage, promis). Ou les lisseurs pour les cheveux : trop superficiel, MAIS ça fait les cheveux comme dans la pub pour Elsève. Ou Twitter : ça sert à rien MAIS je pousse un petit cri de joie à chaque nouveau follower.

Ou encore une 68ème robe : je suis à découvert, j’en ai déjà 67, MAIS il paraîtrait que si je l’achète pas, une météorite va s’abattre sur la Terre (si si).

On peut aussi penser aux casques Böse : faut arrêter de se prendre pour David Guetta. C’est un beauf. MAIS c’est vrai qu’on entend vachement mieux. Ou encore aux Kindle : ça tue l’industrie du livre, et ça sent pas bon comme les vieilles pages, MAIS se taper la Recherche du temps perdu à trimballer dans le métro, ça fait mal au dos.

Ou encore, les bonnes notes en droit administratif : de toutes façons, le droit administratif, c’est nul, MAIS, le jour où ça arrive, on fait « HAHAHA dans vos gueules je majore les DOIGTS DANS LE NEZ ».

Mais le must du must de ce qu’on déteste tant qu’on l’a pas, ça reste quand même les MAC BOOKS.

Pire que le club-des-gens-qui-travaillent-sur-mac, y’a le club encore plus sélect des gens-qui-détestent-ceux-qui-travaillent-sur-mac.

Y’a tout un tas d’arguments pour détester Mac, qui sont proportionnels à votre niveau d’informatique. Les pro-PC sont dans la catégorie « mépris léger », les anti Windows 7 entrent déjà dans la catégorie « détestation profonde », et les linuxiens, là, entrent carrément dans la zone « haine viscérale ».

Mais tous ces arguments, je les ai oubliés, parce qu’avant hier, j’ai acheté un MAC BOOK AIR.

Il a tout pour plaire : il est beau, il est mince, il est smart , il est compréhensif et il plait beaucoup à ma mère (non je ne parle toujours pas d’un homme).

Je l’aime tellement que je l’emmène partout avec moi, je lui raconte ma journée en rentrant le soir, je lui fais des petits câlins et je lui montre pas trop que j’ai un Blackberry.

Bref, je suis conquise.

Cela dit, quand j’ai reçu ce mail d’Apple, je me suis demandé comment je devais l’interpréter.