writer

Je ne suis pas une connasse, j’écris un roman

L’autre jour je suis allée à un vernissage. Y’avait beaucoup de gens de Sciences Po et beaucoup de gens de l’art contemporain, et aussi les deux en même temps (ça s’appelle le Prix Sciences Po pour l’Art Contemporain. CQFD).

J’ai compris que je m’étais pas trompée d’endroit quand j’ai vu qu’il y avait des gens qui portaient des sacs en tissu sur lesquels il y avait écrit « BERLIN » (ça c’est très art contemporain).

Comme j’étais avec ma coloc d’amour (elle est très art contemporain) et mes bosses du travail (c’est bien aussi, le travail) et aussi mes amis d’amour, et que j’aime beaucoup l’art contemporain (c’est parce que je suis très intelligente), j’étais comme un poisson dans l’eau.

Je me baladais avec ma coupe de champagne en plastique en faisant des bises et en disant des trucs comme « I MUST introduce you to my colleague ».

(ok, en vrai, c’était pas en anglais, mais dans mon esprit, j’avais des perles sur les oreilles et un accent british).

J’étais assez contente parce que y’a une horde de fidèles lecteurs du blogue qui sont venus me chanter une ôde à la Blogueuse.

(ok, en vrai, y’en a eu 5 ou 6. Et ils n’ont pas chanté. Ils ont dit : « Hé, sympa ton blog »).

C’était couillon parce que justement, la veille, je m’étais retrouvée avec moi-même pour réfléchir à mon avenir, et je m’étais dit que j’allais donner du sens à ma vie, m’élever intellectuellement, laisser libre court à ma créativité (yes, that kind of bullshit).

Alors j’ai annoncé à mon parterre de fidèles lecteurs : « Oh, tu sais lecteur, en ce moment (depuis 16 heures) j’essaye de donner du sens créatif à ma vie et de m’élever intellectuellement. J’écris un roman. Donc je mets un peu le blogue de côté ».

Ils ont répondu : « Oh babe that’s wonderful » (encore une fois, il est possible que cette remarque n’ait pas été prononcée en anglais). »Mais WHY oh WHY stop le blogue? » (bis repetita).

J’ai ouvert la bouche et j’ai failli répondre : « Tu vois la barre de vie dans Mario ? Ben c’est un peu le même délire avec l’inspiration créatrice*, si tu fais trop de saltos pour tester les touches de la manette, tu perds des petits coeurs ».

* car oui cher lecteur, écrire le blogue demande beaucoup d’inspiration créatrice. Trouver le BON gif animé pour illustrer le BON lol, c’est tout un art.

Et je me suis rappelée que j’étais dans une soirée très intelligente. Alors j’ai répondu un truc intelligent. Genre que j’allais explorer les confins de la féminité du 21ème siècle, et que j’étudiais les schémas de traitement de l’expatriation, niveau psychologique. Et que je réfléchissais beaucoup au rôle créateur-déifique du romancier. Et que je lisais Proust. Bref, que j’avais un peu moins le temps pour la cause des dindes superficielles (rapport au fait que je fais aussi des études supérieures et que j’ai aussi un travail).

Et je me suis regardée.

Avec ma coupe de champagne dans une main.

Mon blackberry dans l’autre.

Perchée sur des talons alors que je fais déjà près d’1m80.

A faire des petits hochements de tête à chaque fois que quelqu’un passait pour me saluer de loin.

Le tout à un vernissage d’art contemporain à Sciences Po.

Je me suis dit que je devais carrément passer pour un connasse. 

Alors qu’en vrai, écrire un roman, ça se résume surtout à ça :

Bref, j’écrirai un peu moins mais pour vous raconter que j’écris beaucoup plus (vous suivez?).

Bisous.

PS : cace-dédi à

– l’artiste qui portait un sac en toile « Berlin » (il se pourrait même que ça soit un DJ. Si.)

– mes nombreux lecteurs fans 

– surtout celui qui portait un manteau en moumoute

– surtout celle qui était avec celui qui portait un manteau en moumoute et qui squatte occasionnellement mon canap’ (tu reviens quand?)

– mon boss, ma muse (il m’a dit « T’es pas une connasse, t’écris un roman » – comme c’est mon boss, j’en ai déduis qu’il avait raison).

– un grand amateur de dinosaures, qui a disparu au profit des jolies étudiantes venues admirer l’art contemporain (je t’en veux espèce de salaud pas)

– les fondateurs / organisateurs du Prix. C’était très art contemporain. Il est encore temps d’aller voir l’expo  !