summer-reading-006_zpsdf34c2ae

Est-ce que c’est mal d’écrire un roman de plage ?

Faire un effort quotidien d’auto-perfectibilité, comme moi (au cas où vous avez pas remarqué) peut confronter à pas mal de contradictions. Etre riche et être de gauche en même temps, lécher les bottes de son boss tout en restant sympa aux yeux de ses collègues, ou encore que manger gluten-fee sans passer pour une connasse sont des bons exemples de combinaisons périlleuses mais parfois nécessaires.

Mais ces acrobaties ne sont rien à côté du paradoxe auquel fait face l’écrivain « populaire », celui (ou celle) qui écrit des romans « féminins », « de plage », voire pire, « de gare ». Ces qualificatifs, qui pris hors de contexte sont plutôt mélioratifs, se transforment en quasi insulte quand ils sont adossés au terme « livre », en tout cas du point de vue de l’écrivain « puriste ». Pourtant le romancier de gare n’en reste pas moins écrivain.

Le paradoxe France Culture et Marc Lévy

L’écrivain populaire doit en fait conjuguer :

  • 1. d’une part l’impérieux désir de faire partie de l’élite intellectuelle, reconnue par ses pairs littéraires et autres abonnés à Télérama pour sa plume raffinée et la sophistication de son esprit (on l’appellera « l’impératif France Culture »),
  • 2. d’autre part l’honorable idéal démocratique de faire lire une large partie de la population, ceux qui ne remarquent certes pas les polysyndètes mais constituent un bassin de consommation tout à fait appréciable (on l’appellera « la pulvérisation Marc Lévy »).

MatrixBluePillRedPill

Prenons pour exemple : MOI

Récemment on m’a demandé : « Je cherche un roman pour la plage – ton roman c’est bien pour la plage, non ? » 

D’abord j’ai été ravie que mon teint hâlé d’origine hongroise ait pu faire penser que tout ce que je produisais s’apprêtait au balnéaire. Puis je me suis rebiffée : comment ça un « roman de plage » ? Je suis passée dans « Ce Soir ou Jamais » quand même ! Sur France 2, une chaîne du service public. Avant de me contre-dire : quelle merveille, accompagner les plagistes de mes jeux de mots et prouesses syntaxiques, tisser avec eux un lien pendant que leurs esprits apaisés bronzent tranquillement.

Je n’ai pas su quoi répondre. Mon roman parle de deuil, de suicide, de relation père-fille, questionne l’expatriation dans un contexte ultra-connecté, la fuite en avant, les chocs psychologiques, autant d’éléments qui répondent à l’impératif France Culture. Mais il est drôle, se lit comme un blog, dans un langage oral, et un bon paquet des péripéties se passent entre la jungle et la plage Cambodgienne. Par ailleurs Frédéric Beigbeder a comparé mon héroïne, Madeleine, à Bridget Jones. Si c’est pas de la pulvérisation Marc Lévy, ça.

Sans titre

 

Le fait est que dans un monde comme dans l’autre, le monde France Culture et le monde Marc Levy, l’opposé n’est pas vraiment le bienvenu. Surtout quand on fait rire, alors mieux vaut aussi « faire réfléchir » – sinon on n’est rien de plus qu’un clown sans intérêt. A l’exception de très rares maîtres(ses) qui ont réussi la prouesse d’écrire des romans franchement accessibles sans se brouiller avec l’intelligensia germano-pratine, quand on fait dans le bouquin de sac de plage, on n’est pas le bienvenu dans les pré-sélections des prix littéraires.

A l’inverse, quand on nourrit les amateurs de romans à l’eau de rose (ou de science-fiction, ou de romances érotiques pour pré-adolescentes et quinquas ennuyées, tous les vilains petits canards de la littérature en somme), ce serait les trahir que de défendre bec et ongles le traitement réservé aux best-sellers dans le « Masque et la Plume« . Romancier(e)s de plage, on est Team Laurent Ruquier, pas Team Jérôme Garcin.

 

Quand on se situe dans une zone grise, comme moi, on se retrouve de facto poussé à défendre son statut de romancier-plagiste puisque, du point de vue France Cultre, on ne peut pas décemment l’être sans avoir une bonne excuse.

On devrait avoir honte d’avoir utilisé sa plume sacrée pour faire des blagues sans même avoir pensé à caser la moindre référence à Roland Barthes avant le troisième chapitre.

On devrait accepter sans broncher d’être relayé à la littérature de seconde zone sous prétexte qu’on a choisi de n’aborder ni l’inceste, ni la Shoah, ni la vie des intellectuels des années 70 dans son récit.

Et moi qui croyait qu’on écrivait des bouquins en toute liberté ! Que le roman c’était la quintessence de l’expression libre, que l’écriture c’était la révélation de l’intime sans filtre, sans préjugés, que s’essayer à la narration c’était une invitation perpétuelle à se défaire des carcans. Quelle naïveté.

 

0f678112790435f23aff31f57b54524e513bd761_m

 

Ecrire des romans de plage, ce sacerdoce.

Quand on a publié un roman, on n’est pas encore sorti de l’auberge. On a écrit un roman ? On n’est pas encore tout à fait écrivain. On en a écrit un deuxième ? On n’est toujours pas écrivain – « romancier », à la limite. On passe à la Grande Librairie pour parler de son livre ? Ok, à condition de décrocher un prix ou deux, de cultiver le violet foncé de ses cernes et de fumer sur les plateaux télé. Mais qu’on en ait écrit un, deux ou quarante, lauréats ou pas, plébiscités par la critique ou totalement ignorés des médias, il faut choisir son camp : France Culture ou Marc Levy.

1. Assumer le fait d’écrire un roman de plage

Moi-même je n’ai toujours pas fait la part des choses.

Parfois, je cède à l’impératif France Culture, je revêts l’habit noueux de l’écrivain torturé, je chausse mon stylo plume (car oui, tous les écrivains possèdent des stylos plumes) et couche sur le papier mes pensées existentielles. Une partie de moi le fait parce qu’elle en a envie, mais une petite partie le fait aussi parce qu’elle veut sa revanche sur tous ceux qui ont catégorisé Madeleine chez les « Bridget Jones » et attendu le mois de Juillet pour acheter mon livre parce qu’avant, ils ont lu des romans plus « exigeants ».

Parfois je me marre en écrivant mes propres blagues (je suis très autonome dans mon sens de l’humour). Mais la plupart du temps, je me marre pas du tout, je cravache et je galère et je bosse, je sors mes tripes, chiale devant mon écran, déchire des cahiers de notes, tout ça pour écrire un roman de plage. Car écrire un roman de plage, c’est aussi difficile que n’importe quel roman.

Au fond de moi, je sais bien que je serai jamais tout à fait du matériel France Culture. D’une part, parce que j’aime bien critiquer les intellos snobs, d’autre part, parce que j’ai la flemme de chercher des citations de Roland Barthes pour mes prochains bouquins. Le problème, c’est que la catégorisation du romancier est binaire : soit France Culture, soit Marc Lévy. Et puisque je ne me suis pas revendiquée Télérama, je me suis fait ensabler contre mon gré.

 

hotel international

 

2. Assumer de marketer son roman de plage

Je sens bien que mon éditeur, ça l’embête un peu de me mettre dans cette catégorie. Quand je lui ai soumis mes interrogations (« Suis-je une écrivaine de plage? » – « Fais-je dans la Chick lit ? »), il m’a rappelé que « 90% des lecteurs sont des lectrices » et que par conséquent, le concept de « Chick lit » n’a pas vraiment de sens. Et je crois qu’en bon auditeur de France Culture, il a quelques scrupules à arguer du bikini dans ses communiqués de presse.

Finalement, je me retrouve dans une catégorie un peu intermédiaire, celle du roman « faussement léger » – certains y voient un bon divertissement qui leur donne envie de voyager et zappent totalement la quête existentielle. D’autres se reconnaissent profondément dans la description de la douleur du deuil. Et puis d’autres encore (mes préférés), voient tout à la fois.

Mes amis écrivains-France-Culture ils me disent de pas trop déconner quand je fais la promo de mon livre, parce qu’il faut que je sois « prise au sérieux par les critiques ». In fine ce qu’ils me font comprendre, c’est que déjà que c’est pas franchement Télérama dans le style, si en plus je me refuse à me branler la nouille pendant des heures sur mon pacte d’écriture, on va vraiment finir par croire que je l’ai cherché, le qualificatif Bridget.

Du coup, j’ai super bien suivi leurs conseils, j’ai posté des photos de mon décolleté pour mieux vendre, embauché des pompoms girls qui dansent en brandissant mon oeuvre, j’ai foutu un vent à Taddei et paniqué sur un plateau télé en critiquant les chinois, et bien sûr, j’ai raconté tout ça sur Internet.

Bref, clairement de quoi en mettre plein la vue au Masque et la Plume.

 

Tu meurs d’envie de savoir si le prochain roman sera pour la plage ou pour France Culture? Je te le dis par mail.